• Dominique et Anne Marie

Trépidante jeunesse de Daegu

Ce post a été écrit la semaine dernière avant le déferlement du coronavirus à Daegu. 😷 Il est certain qu'en ce moment les rues du centre sont désertées et ne ressemblent pas à ce que nous vous décrivons ci-dessous.

Une descente dans les rues commerçantes du centre de Daegu et l'on est sûr de se mêler à un flot continu de jeunes en balade. Quelle effervescence ! Ambiance à la fois détendue et frénétique entretenue par les musiques tonitruantes déversées par les boutiques.

Abondance de boutiques, de salons de beauté, de cafés, de restaurants ... "consommer c'est exister ! ? ".

Le centre de Daegu, nous n'y allons pas pour remplir nos armoires, mais nos cartes mémoire. Et passer un moment divertissant à observer la jeunesse Coréenne.

En route pour un après-midi et une soirée shooting et non shopping.

Pas de coloris vifs dans les choix vestimentaires. La gamme = noir, blanc, gris, beige, marron. On ajoute le bleu pour les jeans.

Cette uniformité des couleurs nous étonne toujours. Chez les ados.

Et les jeunes adultes.

Est-ce un effet de mode ? considéré comme le plus seyant ? le plus chic ? ou pour se fondre dans la masse ? Nous n'avons pas les réponses.

Chez les jeunes couples, déambulation bras dessus bras dessous.

Geste un peu désuet chez nous, mais ici vraiment dans le vent.

Des exceptions se tiennent par la main. C'est permis aussi ...

Les amoureux s'affichent en portant un ou plusieurs vêtements semblables. Est-ce l'amour fou lorsqu'ils s'habillent à l'identique de la tête aux pieds ?

Ce serait drôle d'ajouter un barème à ce rituel : on s' 💕un peu = 1 vêtement identique ... on s' 💗à la folie = total look.

Chapeaux identiques : sont-ils amoureux ? un peu seulement .... ou bien nous faisons fausse route, c'est juste un couvre-chef, sans message à faire passer ?

On croise régulièrement des têtes couronnées. Habillée en Bunny sous sa doudoune ?

Le cache oreille à pompons repéré l'hiver dernier existe toujours cette année. Peut-être un intemporel. On vérifiera à la prochaine saison.

🎵 "Y'a d'la joie et du soleil dans les ruelles, Y'a d'la joie partout, y'a d'la joie..." 🎶 Charles Trenet

Non, là c'est "mauvais jour". Désolé, nous n'avons pas trouvé de chanson pour l'illustrer.

Gobelet à la main, comme dans une série ou une rue Américaine.

En France cela s'appelle la coupe au bol. En Corée 파가지 머리…. la coupe au grand bol.

Ce n'est pas une blague. Appellation confirmée par les Coréens eux-mêmes.

Coiffure de style ouverture de rideaux.

Pléthore de salons de coiffure, ouverts très tard le soir et 7 jours sur 7 pour certains. Y a pas d'heure ni de jour pour se faire une beauté capillaire.

Pléthore de salons de manucure, ouverts très tard le soir et 7 jours sur 7 pour certains. Y a pas d'heure ni de jour non plus pour se faire une beauté ongulaire.

Des scènes installées à demeure dans les rues du centre accueillent des groupes de danse. Jeunes bien entendu.

Ces prestations sont souvent liées à des opérations de com de la ville de Daegu. Sur la banderole derrière la scène : work and life balance.

Work and life balance. Si cela n'avait pas été écrit in English, nous serions passés à côté du message.

Autre scène, autre style ... écolières en jupettes pas sages. Cela donne envie de chanter du Souchon, non ?

🎵 Rétines et pupilles Les garçons ont les yeux qui brillent Pour un jeu de dupes Voir sous les jupes des filles 🎶 Alain Souchon

Retouche de maquillage avant de passer sur la scène.

Le rêve des photographes, le maquillage prend très bien la lumière. C'est ballot, je ne me maquille jamais !

Des cafés à tous les coins de rue, mais pas de méprise, le choix c'est café / thé / jus de fruits, pas d'alcool. N'en déduisez pas que les Coréens sont sobres comme des chameaux. Le soju se boit frénétiquement en d'autres lieux.

Pour trouver certains cafés, il suffit de lever le nez.

Rarissime terrasse extérieure. Un peu raide quand même sur des palettes.

Dominique étant derrière l'objectif et le boitier, on a surtout des photos de femmes.

Il faut dire que leur recherche de perfection incite au clic. Maquillées, coiffées, manucurées. Retouchées ? Les femmes hein, pas la photo !

Dans ces rues prisées des jeunes, nous devons être les plus seniors (122 ans ... à nous 2 bien entendu). Voici quand même un des rares couples au dessus de la moyenne d'âge.

Âme solitaire.

En hiver des jupes très courtes. De même pour les shorts en été. Re-ballot, je n'ai pas ces gambettes-là.

Dominique flashe sur les cuissardes.

Et les jambes fuselées. La prochaine fois j'insisterai pour avoir des photos de la gent masculine.

Une petite dernière au look étudié.

Le centre de Daegu c'est plein de minuscules boutiques de vêtements.

Des bars au fond des impasses.

Des ruelles pas nickel où l'on se promène sans crainte aucune de se faire détrousser.

Des restaurants colorés.

Des façades pleines d'enseignes où nous renonçons à tout déchiffrer.

Des karaokés, divertissement extrêmement populaire. Le nom de celui-ci est rigolo : I Hate Morning. Forcément in English c'est plus facile à décrypter.

Sortie entre hommes dans un barbecue Coréen, toute une institution.

Sortie entre femmes. Peu de groupes mixtes dans les rues. Est-ce propre à Daegu ville réputée conservatrice ?

Nous attendons - contraints et forcés - des jours meilleurs pour reprendre un bain de jouvence à Daegu.


Si cela vous chante de voir un autre post écrit en 2019 sur les rues de Daegu c'est ici

https://www.chroniquescoreedusud.com/post/sc%C3%A8nes-de-rue-de-daegu

    © 2018. Créé avec Wix.com

      This site was designed with the
      .com
      website builder. Create your website today.
      Start Now